Le groupe de mots "presse écrite" désigne l'ensemble des moyens de diffusion de l’information en utilisant l'écriture. Cela englobe de nombreux format

Le groupe de mots « presse écrite » désigne l’ensemble des moyens de diffusion de l’information en utilisant l’écriture. Cela englobe de nombreux formats et de nombreuses périodicités de journaux quotidiens.

L’expression « presse écrite » désigne aussi les organismes professionnels liés à la diffusion de l’information.

Son nom provient de l’instrument d’impression

Le mot « presse » provient de l’utilisation d’une presse d’imprimerie sur laquelle étaient pressées les feuilles de papier devant être imprimées. Parler de « presse écrite » est un pléonasme, mais cette expression est aujourd’hui largement utilisée car elle sert désormais à différencier la presse des autres médias que sont la radio, la télévision et la presse en ligne.

Premiers organes de presse écrite

Initialement la presse écrite s’est manifestée sous plusieurs formes toutes manuscrites : les occasionnels, les libelles, les placards, les almanachs.

Le plus souvent ces journaux tenaient en de simples feuilles non reliées. Cette presse a aussi oscillé entre la légalité et la clandestinité. Elle fut vendue autant en librairie que par colportage.

À la Renaissance et aux XVIIe et XVIIIe siècles, il y avait beaucoup d’information disponible par voie écrite, le plus souvent écrite à la main. Il s’agissait en majorité de publications clandestines réalisées dans des ateliers de copistes.

La « paroisse Doublet » est un des ateliers de copistes restés dans l’histoire. C’est un des lieux historiques de production de ce que l’on appelait « nouvelles à la main ».

Ce que l’on peut appeler avec la terminologie actuelle le premier périodique au monde est créé en fin 1605 à Strasbourg. Il est publié sous le titre « relation digne de tous les faits ». Son promoteur est Johann Carolus.

Naissance et progression de la presse

Les évolutions de la technologie cause la progression de la presse. Lors de sa naissance, l’imprimerie inventée deux siècles plus tôt en 1450 n’était pas encore une technique véritablement accessible.

En France, la Révolution n’aura pas permis un développent effectif de la presse, car de nombreuses décisions administratives seront prises pour brider l’expression qui se faisait à l’époque via des textes disponibles sur papier.

Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle, avec une autre révolution, celle industrielle que la pression sur les publications va s’alléger. Les journaux vont fleurir.

Âge d’or de la presse

Cette période faste se situe entre 1858 et 1950, le secteur de l’information a une progression forte jusqu’au XIXe siècle, voire le début du XXe siècle où des inventions telles que la radio et la télévision vont radicalement bouleverser le secteur des médias.

Fin juillet 1881, la France promulgue une loi sur la liberté de la presse. L’ère est à la liberté d’expression. Ce processus ne s’inversera véritablement plus jusqu’à nos jours, la presse sera de plus en plus libre.